Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Commentaires-de-la-Fondation-contre-le-cancer-sur-le-Livre-blanc-contre-le
Notre santé - Cancers - Positions
Commentaires de la Fondation contre le cancer sur le Livre blanc contre le cancer
par Véronique Paternostre - 9 février 2008

Extrait du site de la Fondation : www.cancer.be

Nos experts oncologues belges ont décidé de soutenir un « livre blanc » dressant l’état des lieux de la prise en charge des cancers en Belgique. Ce livre Blanc formule des recommandations pour une gestion mieux structurée et une vision à long terme de la cancérologie dans notre pays, en insistant particulièrement sur le financement de la recherche et la prévention du cancer. [1]

La Fondation salue l’initiative d’attirer l’attention sur le fait que la Belgique a besoin d’un plan structuré et d’une vision à long terme pour garantir le maintien de la qualité des soins en oncologie.

En effet, l’oncologie se situe aujourd’hui dans une situation historique unique qui se caractérise par une augmentation de l’incidence (nombre de nouveaux cas par an), une croissance des taux de survie (avec une évolution de la maladie vers la chronicité), un vieillissement de la population et une explosion de l’innovation sur le plan technique et thérapeutique.

Les cosignataires du « livres blanc » concluent, comme beaucoup avant eux, qu’une augmentation des budgets consacrés au cancer s’impose, de même que la mise en place de mesures concrètes dans les 5 à 10 ans.

Il y a longtemps que la Fondation contre le Cancer milite en faveur d’un plan cancer en Belgique. Comme représentants des intérêts des patients, à la fois en ce qui concerne l’accès à des traitements multidisciplinaires performants, mais aussi la qualité de vie pendant et après la maladie, sans oublier la prévention ni la recherche scientifique, la Fondation tient tout particulièrement à ce qu’aucun aspect de la problématique « cancer » ne soit passé sous silence.

La Fondation souhaite attirer l’attention sur ce qu’elle perçoit comme deux défauts importants du « Livre Blanc ».

D’une part, cet ouvrage reflète la seule opinion d’internistes, oncologues médicaux ou hématologues, à l’exclusion de toute autre spécialité, alors même que l’abord de la problématique du cancer requiert aujourd’hui une expertise multidisciplinaire. A titre d’exemple, aucun spécialiste de santé publique ou de prévention, aucun chirurgien ou radiothérapeute etc. ne figure parmi les cosignataires.

En revanche, les retards à l’enregistrement des nouveaux médicaments, regrettables en soi, et les conditions restrictives de leur remboursement sont longuement abordés et illustrent le danger de manque d’objectivité lié au fait qu’il s’agit d’une initiative de l’industrie pharmaceutique. La Fondation contre le Cancer collabore souvent avec les laboratoires pharmaceutiques et apprécie leur rôle dans la lutte contre le cancer. Toutefois, rien que la suspicion de manque d’objectivité suffit à mettre en doute certains propos et recommandations présentés dans le Livre Blanc.

La Fondation demande dès lors que toute discussion ultérieure relative à la mise en oeuvre d’un plan cancer belge s’organise autour d’une large consultation de tous les acteurs spécialisés. La sélection impartiale des interlocuteurs appropriés devrait être opérée par des structures universitaires indépendantes et des sociétés savantes pertinentes.

Enfin, ce processus ne peut se concevoir sans que le monde associatif concerné, telle la Fondation contre le Cancer, porte-parole naturel des malades et de leur famille, soit également consulté.

notes :

[1Pour en savoir plus sur le Livre blanc : lire l’article « Livre blanc contre le cancer »