Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Air extérieur - Comprendre
Pollution aux particules : l’urgence s’impose !
- 24 septembre 2012

Près d’un tiers des citadins européens sont exposés à des concentrations excessives de particules en suspension dans l’air. Ces particules figurent parmi les polluants les plus nocifs pour la santé humaine, car elles pénètrent dans certaines parties sensibles du système respiratoire. Bien que l’UE soit parvenue, au cours des dernières décennies, à réduire les polluants atmosphériques qui sont à l’origine de l’acidification, un nouveau rapport publié aujourd’hui par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) montre que de nombreuses régions d’Europe doivent faire face à des problèmes persistants liés aux concentrations de particules dans l’atmosphère et à l’ozone troposphérique.

M. Janez Potočnik, membre de la Commission européenne chargé de l’environnement, a déclaré à ce propos : « Ce rapport rappelle de manière opportune l’importance de la qualité de l’air pour la santé de nos citoyens. C’est pourquoi je souhaite que 2013 soit l’Année de l’Air et j’accorderai la priorité au renforcement de notre législation relative à la qualité de l’air pour faire face aux problèmes mis en évidence aujourd’hui. »

Mme Jacqueline McGlade, directeur exécutif de l’AEE, s’est exprimée en ces termes : « La politique de l’Union européenne a permis de réduire les émissions de nombreux polluants au cours de la dernière décennie, mais nous pouvons aller plus loin encore. Dans de nombreux pays, les concentrations de polluants atmosphériques demeurent supérieures aux limites légales et recommandées fixées pour protéger la santé des citoyens européens. En fait, la pollution atmosphérique réduit notre espérance de vie de près de deux ans dans les villes et les régions les plus polluées. »

Le rapport 2012 de l’AEE sur la qualité de l’air en Europe examine l’exposition des citoyens aux polluants atmosphériques et donne un aperçu général de la qualité de l’air en Europe. Ce rapport a pour but de soutenir la mise en place de politiques plus efficaces en faveur d’un air propre.

Principales conclusions

Les particules (PM) constituent le risque sanitaire le plus grave lié à la pollution atmosphérique dans l’UE et entraînent une mortalité prématurée. Les auteurs du rapport estiment qu’en 2010, 21 % de la population urbaine a été exposée à des concentrations de PM10 supérieures aux valeurs limites journalières les plus strictes de l’UE destinées à préserver la santé. Jusqu’à 30 % de la population urbaine a été exposée à des concentrations de particules plus fines, les PM2,5, supérieures aux valeurs limites annuelles (moins strictes) de l’UE. Selon les niveaux de référence de l’OMS, qui sont encore plus stricts que ceux imposés par la législation de l’UE, respectivement jusqu’à 81 % et 95 % des citadins ont été exposés à des concentrations de particules qui dépassent les valeurs de référence fixées pour la protection de la santé humaine, ce qui souligne l’urgence de réexaminer prochainement la législation en matière de qualité de l’air.

L’ozone (O3) peut être à l’origine de problèmes respiratoires et entraîner une mortalité prématurée. L’exposition à ce polluant est très élevée dans les villes ; en effet, 97 % des habitants des zones urbaines de l’UE ont été exposés en 2010 à des concentrations d’ozone supérieures au niveau de référence de l’OMS. 17 % ont été exposés à des concentrations supérieures à la valeur cible de l’UE pour l’ozone. En 2009, 22 % des terres arables en Europe ont été exposées à des concentrations d’ozone préjudiciables, ce qui s’est soldé par des pertes agricoles.

Le dioxyde d’azote (NO2) est une cause majeure d’eutrophisation (croissance excessive des algues et des végétaux dans l’eau) et d’acidification, et contribue également à la formation de particules et d’ozone. En 2010, 7 % des Européens vivant en milieu urbain ont été exposés à des niveaux de NO2 supérieurs aux valeurs limites de l’UE. Dans de nombreux pays européens, les émissions d’oxydes d’azote dépassent encore les plafonds d’émission fixés par la législation de l’UE et dans le cadre des accords des Nations unies.

Le benzo(a)pyrène (BaP) est un agent cancérogène. Une proportion considérable de la population urbaine de l’UE (20 à 29 % entre 2008 et 2010) a été exposée à des concentrations dépassant la valeur cible de l’UE, qui doit être respectée d’ici à 2013. L’augmentation des émissions de benzo(a)pyrène en Europe au cours des dernières années est donc préoccupante.

• En ce qui concerne le dioxyde de soufre (SO2), des progrès notables ont été enregistrés : les émissions ont été réduites de manière significative au cours des dernières années grâce à la législation de l’UE qui exige l’utilisation de technologies d’épuration des émissions et une plus faible teneur en soufre des carburants. 2010 a été la première année où la population urbaine de l’UE n’a pas été exposée à des concentrations de dioxyde de soufre supérieures à la valeur limite de l’UE.

• Dans l’UE, les concentrations de monoxyde de carbone, de benzène et de métaux lourds (arsenic, cadmium, nickel, plomb) dans l’air extérieur sont généralement faibles, localisées et sporadiques, avec peu de cas de dépassement des valeurs limites et valeurs cibles fixées par la législation de l’UE.

Prochaines étapes

Ces dernières années, l’AEE a publié des informations annuelles sur les émissions de polluants atmosphériques et les dépassements des plafonds d’émission au titre de la directive relative aux plafonds d’émission nationaux (PEN)en. Plus tard dans l’année, l’AEE publiera une analyse rétrospective établissant si les objectifs de la directive PEN en matière de santé et d’environnement pour 2010 ont été atteints.

La Commission européenne est en train de préparer un réexamen de la législation de l’UE relative à la qualité de l’air en consultation avec les parties concernées et mettra un accent particulier sur les politiques de lutte contre la pollution atmosphérique en 2013.

Contexte

La mauvaise qualité de l’air peut provoquer des maladies cardiovasculaires, des troubles respiratoires, le cancer du poumon, des difficultés respiratoires et d’autres maladies. Certains polluants peuvent entraîner une eutrophisation, une réduction des rendements agricoles et une diminution de la croissance des forêts et avoir des répercussions sur le climat. Les émissions de plusieurs polluants ont diminué au cours des dernières années, ce qui a conduit à une amélioration de la qualité de l’air dans certaines zones. Cependant, ces réductions ne se sont pas toujours traduites par une baisse correspondante des concentrations de polluants atmosphériques. Les problèmes persistants en matière de qualité de l’air exigent des efforts supplémentaires pour atténuer les émissions de plusieurs polluants.

Pour de plus amples informations :

http://ec.europa.eu/environment/air/quality/index.htm
http://www.eea.europa.eu/themes/air

Source : communiqué de l’AEE

Voir aussi :
Pour un environnement sain : un nouveau dossier d’IEW vient de paraître
par Alain Geerts - 7 décembre 2016
Pour une environnement sain. Susciter le changement pour diminuer l’exposition à la pollution de l’air et aux perturbateurs endocriniens est le (...)
Les rues « canyons », des hotspots locaux de pollution de l’air
par Alice Burton - 29 juillet 2016
La pollution de l’air constitue un problème majeur dans la société actuelle, tant sur le plan environnemental que sur un plan sanitaire. Les (...)
L’OMS adopte une résolution historique sur la pollution de l’air
par Alain Geerts - 2 juin 2015
L’Assemblée mondiale de la Santé qui vient de se terminer a pris plusieurs « résolutions et décisions historiques » dont une sur la pollution de l’air. (...)
1.460.000.000.000 d’euros : le coût annuel de la pollution de l’air en Europe !!
par Fil d’infos et actualité - 28 avril 2015
Selon la première étude réalisée à ce sujet pour la Région européenne de l’OMS, le coût économique des quelque 600 000 décès prématurés et maladies (...)
Le soleil brille. « Les enfants, on reste à l’intérieur !! »
- 8 avril 2015
Le printemps est là, le soleil revient... et la pollution de l’air aussi ! C’est le même scénario chaque année, et les mêmes questions, et les mêmes (...)
Les aéroports, source importante de pollution de l’air
par Alain Geerts - 25 février 2015
La presse vient de récemment mettre en évidence les résultats d’études portant sur la pollution de l’air autour des aéroports en se concentrant plus (...)
Pollué, l’air de Bruxelles ? Non peut-être !!
par Alain Geerts - 13 février 2015
Ne manquez pas cette brève vidéo qui vous indique de manière claire et précise la médiocre qualité de l’air dans le quartier européen bruxellois et aux (...)
Inacceptable ! La CE retire les « paquets » air et économie circulaire
par Pierre Courbe - 16 décembre 2014
Nous venons de l’apprendre, la Commission Junkers vient de retirer le « paquet Air » et le « paquet Economie circulaire » qui visaient, le premier, à (...)
Diesel et oxydes d’azote : histoire d’une dérive
par Pierre Courbe - 8 décembre 2014
« En dépit d’améliorations considérables au cours des dernières décennies, l’Europe est encore loin d’atteindre des niveaux de qualité de l’air qui ne (...)
Villes, pollutions et santé : des solutions existent, mais...
par Fil d’infos et actualité - 7 juillet 2014
Le journal En Marche, édition nationale vient de paraître. Vous y trouverez une page environnement très bien documentée qui est consacrée à la (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP