Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Reduire-mon-exposition-au-radon
Notre environnement - Air intérieur - Comprendre
Réduire mon exposition au radon
- 18 décembre 2012

10 ans que l’asbl « Espaces Environnement » porte le projet « La Santé et l’Habitat » dont l’objectif est de contribuer à la réduction des risques sanitaires liés à l’exposition aux polluants intérieurs. Ce projet est soutenu de manière continue par les ministres wallons de la Santé. Chaque année, des fiches sont éditées afin de fournir au public des conseils visant à améliorer la qualité de l’environnement intérieur des habitations et réduire les risques de maladies comme allergie, asthme, cancer, etc.

« Je peux réduire mon exposition au radon en provenance du sous-sol ! » constitue la 10e fiche, éditée par Espace Environnement dans la série « La Santé et l’Habitat ». Celles-ci donnent à chacun des conseils pratiques au quotidien.

Elle a été réalisée avec la collaboration de la Ministre wallonne de la Santé, de l’Action sociale et de l’Egalité des Chances, Madame Eliane Tillieux.

Pourquoi une fiche sur le radon ?

Le radon est un gaz naturellement radioactif, sans odeur, ni couleur. Formé à partir de l’uranium contenu dans les roches du sous-sol, il remonte vers la surface au gré des petits espaces pour pénétrer dans les bâtiments et s’y accumuler.

Ce phénomène s’amplifie en période hivernale. Plus qu’à l’accoutumée, nous avons alors tendance à nous calfeutrer dans nos maisons, ce qui renforce la concentration de radon, et des polluants en général, dans les maisons !

Respiré, le radon pénètre dans les voies respiratoires et y irradie les tissus. En Belgique, pour 2004-2005, le radon serait responsable de 500 cas (8%) des 6000 cancers de poumons. En Wallonie, le nombre est de 240 cas (10%) des 2000 cancers pulmonaires car le radon y est plus présent qu’au nord du pays. Le risque de déclarer un cancer des poumons est proportionnel à la concentration en radon dans l’air intérieur et à la durée de l’exposition. La fumée de cigarette augmente aussi le risque.
Le radon est pris au sérieux. Depuis 2007, il constitue un critère minimum de salubrité dans le code wallon du logement, au même titre que l’amiante, les moisissures ou le plomb. Les normes belges sont respectivement de 200 Becquerels par mètre cube (Bq/m³) dans les maisons neuves et de 400 Bq/m³ dans les maisons existantes.

Le radon est un gaz capricieux. Il peut être présent dans une maison et pas chez ses voisines. Il est donc intéressant de réaliser un test radon dans son habitation. C’est d’autant plus important si l’on est dans une zone à risque (contacter l’Agence Fédérale du Contrôle Nucléaire ou sa commune). Ce test passif, 2 à 3 mois en période de chauffage hivernal, permet de calculer une moyenne d’exposition des habitants.
Radon ou pas, n’oublions pas de renouveler régulièrement l’air de la maison pour évacuer les poussières et les polluants.

Pratiquement pour le citoyen, cette fiche est téléchargeable gratuitement sur www.espace-environnement.be ou disponible sur demande au 071/ 300 300.

L’équipe d’Espace Environnement est disponible pour toute question sur le sujet via sante-habitat@espace-environnement.be ou 071/300.300.

Une permanence d’information gratuite est accessible tous les jours ouvrables de 9h30 à 15h00.