Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Cancers-chez-l-enfant-l-usage-de-pesticides-par-les-femmes-enceintes-montre-du
Notre environnement - Pesticides - Comprendre
Cancers chez l’enfant : l’usage de pesticides par les femmes enceintes montré du doigt.
par Véronique Paternostre - 19 décembre 2007

Résultats du projet français ESCALE (Étude épidémiologique Sur les CAncers et les Leucémies de l’Enfant).

L’étude

Une nouvelle étude française vient d’être publiée dans la revue scientifique Environmental Health Perspectives de ce mois de décembre 2007.

Elle montre que l’utilisation par des femmes enceintes d’insecticides ménagers engendre un doublement du risque pour l’enfant à venir de développer une leucémie ou un lymphôme.

De façon plus complète, la conclusion de l’étude (en anglais) précise que :

Cette recherche renforce l’hypothèse selon laquelle l’usage domestique de pesticides peut jouer un rôle dans l’étiologie des cancers hématopoïétiques (ce qui signifie des cancers liés aux cellules sanguines comme les leucémies et les lymphomes...) chez l’enfant.
Cette recherche confirme que la période prénatale est particulièrement sensible et vulnérable.
La cohérence de ces résultats avec d’autres études, sur d’autres populations, d’autres périodes et autres scénarios, re-soulève l’opportunité de prévenir l’usage des pesticides par les femmes enceintes ; même si le lien de cause à effets doit encore être davantage documenté.

Cette étude est téléchargeable sur le site de Environmental Health Perspectives à l’adresse :
http://www.ehponline.org/members/2007/10596/10596.pdf

Le projet ESCALE

L’objectif du projet ESCALE (Étude épidémiologique Sur les CAncers et les Leucémies de l’Enfant) est de rechercher les facteurs de risque environnementaux et génétiques de plusieurs cancers de l’enfant. Ce projet poursuit et élargit à de nouvelles tumeurs nos travaux antérieurs sur les leucémies de l’enfant.

Il s’agit d’une étude cas-témoins nationale en population générale qui a inclus tous les enfants de moins de 15 ans de France métropolitaine atteints d’une leucémie, d’un lymphome, d’une tumeur cérébrale ou d’un neuroblastome en 2003 et 2004. Le groupe témoin a été constitué par quotas en population générale. Environ 1700 cas et 1700 témoins sur 2 ans ont été inclus au cours de ces 2 ans.

L’interview des mères des cas et des témoins a été réalisée par téléphone à l’aide d’un questionnaire, standardisé portant sur les antécédents médicaux et obstétricaux, l’histoire résidentielle de l’enfant, son environnement et son mode de vie, les expositions maternelles avant et pendant la grossesse, et les antécédents familiaux de cancers, d’allergie et de maladies auto-immunes. Un prélèvement de sang a été réalisé pour les cas et un prélèvement de cellules buccales a été réalisé pour les témoins et les 2 parents des cas. La constitution d’une banque d’ADN à la fois cas-témoins et parentale est un atout considérable du projet.