Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Les-substances-chimiques-causes-d-obesite-et-de-diabete
Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Les substances chimiques causes d’obésité et de diabète
par Pierre Titeux - 21 mars 2012

L’augmentation des cas de diabète et d’obésité serait liée aux substances chimiques auxquelles nous sommes quotidiennement exposés. Tel est le constat mis en évidence par un rapport de l’ONG CHEM Trust publié ce mardi et qui confirme les éléments révélés il y a quelques jours par le Réseau Environnement Santé (RES).

Pour Inter-Environnement Wallonie, cette information renforce l’urgence d’une politique de réduction de l’exposition à ces substances.

Après la publication, le 14 mars dernier, du rapport « Evaluation du lien entre environnement chimique, obésité et diabète » réalisé par le RES, c’est aujourd’hui l’ONG britannique CHEM Trust qui sort un « Panorama scientifique des liens entre exposition chimique et risques d’obésité et de diabète » réalisé par les Professeurs Miquel Porta et Duk-Hee Lee. Et les conclusions de ces deux travaux se rejoignent : le manque d’activité physique et un régime alimentaire trop riche ne sont pas les seules explications au développement de l’obésité et du diabète1 ; les preuves scientifiques établissant un lien entre substances chimiques et ces deux maux ont augmenté de manière significative, en particulier au cours des six dernières années.

Des substances comme le DDT, les PCB ou encore le Bisphénol A et les retardateurs de flammes bromés présents dans de nombreux produits de consommation courante sont clairement mises en cause. Or ces mêmes substances ont déjà été incriminées dans la chute de la fertilité masculine et l’augmentation du risque de cancers.

Pour Inter-Environnement Wallonie, ces éléments nouveaux confirment la nécessité et l’urgence de mettre en œuvre sans délai des politiques de prévention efficaces. Comme l’explique le Professeur Porta : « Notre rapport fournit des arguments solides en faveur d’une réduction de l’exposition aux perturbateurs endocriniens, en particulier chez les femmes prévoyant une grossesse, puisque c’est le fœtus en période de développement in utero qui est le plus à risque ».

IEW réclame l’interdiction des produits chimiques mis en cause et une meilleure information de la population. Le Parlement européen rappelait d’ailleurs dans une résolution adoptée le 14 mars sur l’épidémie de diabète l’importance d’intégrer « la prévention dans les politiques environnementales, alimentaires et de consommation ».

Il importe d’autant plus d’agir que, par-delà leur impact sur le bien-être de la population, les maladies évoquées pèsent lourdement sur les finances publiques.

Dépliant de CHEM Trust et HEAL « Les substances chimiques : le chaînon manquant dans l’épidémie d’obésité et de diabète » et résumé du rapport de CHEM Trust disponibles en français sur www.projetnesting.fr, [http://reseau-environnement-sante.fr/ et www.iew.be

Crédit photographique : © bacalao - Fotolia.com