Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Agent-orange-complicite-criminelle-des-autorites-US-et-de-Monsanto-confirmee
Notre environnement - Pesticides - Comprendre
Agent orange : complicité criminelle des autorités US et de Monsanto confirmée par de nouveaux indices
par Valérie Xhonneux - 19 octobre 2009

Un examen des archives détaillant l’histoire de l’utilisation de l’agent orange, défoliant chimique mortel utilisé à très fortes doses notamment pendant la guerre du Vietnam par l’armée américaine, indique que tant ses fabriquants et vendeurs, notamment les entreprises Monsanto et Dow Chemical, que le gouvernement étasunien et les autorités militaires - qui ont décidé de sa pulvérisation - connaissaient le prix à payer pour les personnes exposées.

L’agent orange ou 2,4,5 T, herbicide le plus largement utilisé par les Etats-Unis lors de la guerre du Vietnam, n’a pas fini de faire parler de lui. En cause, la présence de dioxines dans sa composition, dioxines qui, du fait de leur stabilité sont responsables aujourd’hui encore de graves conséquences sur la santé de la population civile vietnamienne et des troupes américaines exposées.

Mais un nouvel élément vient alourdir le dossier : dès le début des années 60, les entreprises concernées savaient que la dioxine contenue dans différents produits qu’elles fabriquaient - dont l’agent orange - pouvait causer des torts aux personnes exposées. Une correspondance découverte récemment le prouve de manière incontestable. Morceaux choisis : « Ce matériel est exceptionnellement toxique ; il a un potentiel énorme pour induire la chloracné et des dommages systémiques » ou « L’industrie du 2,4,5 T entière serait gravement atteinte et je m’attendrais à une législation restrictive, imposant des limitations sévères sur le matériel ».

Les vétérans de l’armée américaine, victimes de cancers liés à leur exposition à l’agent orange durant la guerre du Vietnam, ont lancé plusieurs pétitions et des actions en justice contre Dow et Monsanto. Les pétitionnaires les accusent non seulement d’avoir tu les informations en leur possession quant aux dangers de l’agent orange, mais aussi d’avoir délibérément privilégié des techniques de productions meilleures marchés et plus à risques, choix ayant entrainé la contamination du 2,4,5 T par des dioxines.

Par ailleurs, alors que de nombreuses études ont démontré de manière indiscutable les effets dévastateurs de la dioxine sur l’homme, les compagnies de l’agent orange ont décidé de faire valoir leur point de vue sur la question au travers de plusieurs études. Objectif de ces études, réalisées en 2004 par le Dr. Alvin Young : prouver que l’exposition des forces armées terrestres américaines à l’agent orange n’a eu que de faibles impacts sur leur santé. Les rapports du Dr Young, dont les conclusions sont contradictoires, rencontrent le plus grand dédain/ la plus grande méfiance au sein de la communauté scientifique.

Dernier couac de ce dossier : divers éléments indiquent que les scientifiques militaires responsables du lancement du programme de défoliation au Vietnam avaient parfaitement conscience des dommages potentiels liés à la contamination de l’agent orange par la dioxine. Mieux encore : les teneurs supérieures en dioxine de la formulation militaire étaient connues. Mais, le « poison » devant être utilisé sur l’ennemi, ils ne voyaient pas où se situait le problème ! Qu’il puisse atteindre les troupes américaines en place ne leur était pas vraiment venu à l’esprit... dont l’étroitesse est démontrée de facto !

Si vous souhaitez vous rendre compte de l’effet dévastateur de ce produit sur les populations locales, taper « agent orange » dans google images : attention, personnes sensibles s’abstenir !!

Sources : Reportage d’Alexis Duclos sur les effets de l’agent Orange au Vietnam.

Une compilation de liens internet pointant vers des articles scientifiques et autres, en relation avec le problème de la dioxine au Vietnam.

Wikipédia est également une source intéressante pour approfondir la question.