Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Pesticides-et-maladie-de-Parkinson-les-liens-se-resserent
Notre environnement - Pesticides - Comprendre
Pesticides et maladie de Parkinson : les liens se ressèrent
par Valérie Xhonneux - 28 avril 2009

Cela fait longtemps que l’on soupçonne les insecticides et autres herbicides - et plus particulièrement les organochlorés, les organophosphorés, les acides/ester chlorophenoxy - de jouer un rôle dans le développement de la maladie de Parkinson. Une étude [1] très récente met en évidence ce lien dans le cas d’une exposition combinée au maneb - un fongicide - et au paraquat - un herbicide -, particulièrement lorsque l’exposition est précoce.

La maladie de Parkinson est une affection neuro-dégénérative caractérisée par la perte des neurones de la substance noire, noyau situé à la base du cerveau et qui est impliqué dans le contrôle du mouvement. Cette perte neuronale induit un déficit en dopamine, un neurotransmetteur. Cette affection touche presque autant les hommes que les femmes et concerne 30.000 belges environ. Si la prévalence augmente avec l’âge, ce n’est pas pour autant une maladie de vieillards : elle peut apparaître avant l’âge de 40 ans.

Les chercheurs de l’Université de Duke, en Californie, ont développé et validé une méthode d’évaluation de l’exposition aux pesticides qui intègre les informations contenues dans les rapports d’utilisation des pesticides et celles des cartes d’utilisation des terres et permet d’estimer l’exposition historique aux pesticides agricoles dans l’environnement résidentiel.

De 1998 à 2007, les auteurs ont suivi 368 personnes souffrant de la maladie de Parkinson et 341 témoins de la Vallée Centrale de Californie dans une étude cas-contrôle. Ils ont alors estimé les expositions au maneb et au paraquat entre 1974 et 1999. L’utilisation de ces deux pesticides à une distance inférieure à 500 yards (environ 450 mètres) des habitations augmente les risques de développer la maladie de Parkinson de 75%. D’après les recherches, les risques de développer des troubles précoces de la maladie (avant l’âge de 60 ans) sont doublés en cas d’exposition à l’un de ces pesticides et quadruplés en cas d’exposition combinée.

Les résultats confirment deux faits objectivés dans l’expérimentation animale :

- l’exposition multiple à des substances chimiques est susceptible d’augmenter les effets de chacune des substances ;
- l’âge de l’exposition est un facteur important.

notes :

[1Parkinson’s Disease and Residential Exposure to Maneb and Paraquat From Agricultural Applications in the Central Valley of California Costello et al. Am. J. Epidemiol..2009 ; 169 : 919-926