Portail Santé-Environnement
http://www.sante-environnement/Comment-ameliorer-la-communication-destinee-aux-populations-precarisees
Et l’aspect social ? - Positions
Comment améliorer la communication destinée aux populations précarisées
par Anne Thibaut - 23 février 2009

Dans le cadre général des inégalités environnementales et le cas particulier de pollutions des sols en Région wallonne.

Comment attirer l’attention des publics défavorisés sur les problèmes liés aux pollutions des sols et comment faire pour qu’ils adoptent les recommandations qui ont été définies par les experts de la santé ? Comment les mobiliser ?

C’est à ces questions qu’Inter-Environnement Wallonie s’est attelé à travers deux études de cas, l’une concernant le site pollué de Chimeuse en région liégeoise et l’autre dans le bassin industriel de Charleroi.

De ce travail exploratoire est ressorti une série de pistes qui, nous l’espérons, permettront de communiquer plus facilement et efficacement avec les populations précarisées.

En dehors du champ de la communication, évaluer l’ampleur des inégalités écologiques dans le domaine des pollutions des sols nous parait essentiel. On peut légitimement penser qu’en Wallonie, les populations précarisées sont davantage exposées aux phénomènes de pollution des sols, mais aucune étude ne le démontre. Comme préalable, il est nécessaire de déterminer l’étendue de la pollution des sols à l’échelle de la Région.

Plusieurs inventaires répertorient bien les sites pollués, mais il s’agit de données principalement basées sur l’évaluation théorique et subjective du risque liée aux activités connues qui se sont déroulées sur les sites en question. Il serait nécessaire que des efforts supplémentaires soient fournis, dans la perspective d’une éventuelle étude de corrélation entre pollutions et niveau socio-économique des populations environnantes, mais aussi et surtout pour résoudre les problèmes de pollution qu’elle permettrait d’identifier.

Lire l’étude