Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Alimentation - Comprendre
Les jeunes et l’obésité : une question d’habitude de vie
par Alain Geerts - 11 octobre 2012

De très nombreuses enquêtes ou publications analysent la prévalence des problèmes de surpoids ou d’obésité chez l’enfant et chez l’adulte. Peu se sont intéressées à la population des 15-25 ans. Cette période entre la fin de l’adolescence et le début de la vie adulte est un moment critique de transition : prise d’indépendance, recherche du premier emploi, etc. Combien de jeunes rencontrent des problèmes de poids ? Comment certaines habitudes alimentaires aujourd’hui identifiées comme des facteurs d’obésité se sont-elles diffusées auprès des jeunes ? Se sont-elles massivement répandues ? L’entrée sur le marché du travail a-t-il un impact sur leurs comportements alimentaires ?

En partant des recherches qui ont mis en évidence des facteurs d’obésité dans les habitudes de vie, Doing Good Doing Well, a réalisé avec Ipsos et Logica Business Consulting une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 jeunes âgés de 15 à 25 ans, interrogés du 15 au 25 septembre 2012, via l’Access Panel Online d’Ipsos. Méthode des quotas Isee (sexe, âge, profession de la personne de référence du foyer, région et catégorie d’agglomération).

Un jeune sur 5 est en surpoids ou obèse. C’est l’un des constats majeurs de l’enquête conduite par Ipsos pour Doing Good Doing Well. Les habitudes de vie expliquent en grande partie cette réalité. A l’occasion de la sortie de l’enquête, Doing Good Doing Well, qui construit depuis trois ans pour des entreprises des projets bénéfiques pour elles et pour leur environnement, lance une initiative de mobilisation collective des entreprises pour la santé des jeunes : l’appel « BOUGER-BOUGER ». « Il faut changer radicalement de dimension en matière de lutte contre l’obésité, le surpoids et l’obésité qui atteignent les jeunes nuisent à la santé et au développement personnel de façon souvent irréversible » déclare Hélène Roques.

Près d’1 jeune sur 3 rencontre des problèmes de poids :

32% des jeunes ont un problème de poids : 19% sont en état de surpoids ou d’obésité et 13% sont en état de maigreur.

Le phénomène de sous-évaluation des problèmes de surpoids est réel :

Trois jeunes sur dix en surpoids ou obèses n’ont pas conscience de l’être puisqu’ils estiment être minces ou de corpulence normale (30%).

De très nombreuses habitudes alimentaires, massivement diffusées chez les jeunes, correspondent à des facteurs d’obésité connus :

61% des jeunes disent manger au moins une fois sur deux leur repas devant un écran. 54% déclarent ne pas manger au moins un repas sur deux à heure fixe. 48% ne prennent pas de petit-déjeuner au moins un matin sur deux. 47% prennent seul au moins un repas sur deux. Plus d’un jeune sur trois déclarent que lorsqu’ils sont stressés, ils leur arrivent de grignoter toute la journée pour se remonter le moral (35% disant au moins une fois sur deux). Plus d’un jeune sur quatre déclarent sauter un repas (26% disant au moins un repas sur deux).

Au cours des repas, les jeunes adoptent des comportements pouvant favoriser le surpoids ou l’obésité :

Les jeunes consacrent un temps très court aux différents repas (9 minutes pour le petit-déjeuner, 24 minutes pour le déjeuner et 27 minutes pour le dîner), ce qui explique probablement en partie le développement des habitudes alimentaires « à risque » : grignotage, saut de repas… Près d’un jeune sur quatre boit « souvent » des sodas au cours de ses repas (23%). Seul un jeune sur 6 boit « très souvent » de l’eau au repas. Seul un jeune sur trois déclare consommer quotidiennement à la fois des fruits et des légumes (38%).

La sédentarité des jeunes aggrave les risques de surpoids et d’obésité :

Plus d’un jeune sur trois déclare ne pas pratiquer de sport (38%).

La fracture alimentaire entre les classes aisées et défavorisées est aujourd’hui très forte :

La proportion de jeunes en état de surpoids ou d’obésité est de un sur dix au sein des foyers les plus aisés - foyer dont le revenu net mensuel est supérieur à 3 000 € - (10% des foyers) alors qu’elle est de un sur quatre au sein des foyers les plus modestes - foyer dont le revenu net mensuel est inférieur à 1 250 € - (24% des foyers). Alors que, si un jeune sur quatre issu des foyers les plus aisés dit ne pratiquer aucune activité sportive (27%), cette proportion est presque de un sur deux au sein des foyers les plus modestes (44%).

L’alimentation n’est pas un poste prioritaire dans les dépenses des jeunes :

L’alimentation passe après l’habillement et la téléphonie : plus d’un jeune sur quatre est prêt à sacrifier la qualité et la quantité de son alimentation au profit de son habillement (31%) ou de la téléphonie mobile (25%).

La vie professionnelle des jeunes perturbe leurs habitudes alimentaires :

L’exercice d’une activité professionnelle contraint 59% des jeunes à déjeuner fréquemment sur le pouce et 32% des jeunes à sauter fréquemment la pause déjeuner.

Enquête sur les habitudes alimentaires des jeunes et l’obésité

Voir aussi :
Journée d’étude // Surplus agricoles et aide alimentaire : pistes pour renforcer les liens entre acteurs
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
En Belgique, un nombre croissant de personnes ont recours à l’aide alimentaire pour survivre. Le nombre de colis alimentaires distribués ne cesse (...)
Nouveau kit pour animer des activités sur l’alimentation durable
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
Notre système alimentaire nous confronte aujourd’hui à de nombreuses problématiques. Il exerce des pressions importantes et souvent destructrices sur (...)
Adieu veau, vache, cochon, couvée ?
par Alain Geerts - 9 mars 2017
Comme l’évoque Florence Burgat dans son essai L’humanité carnivore, « l’industrialisation de la viande, d’une part, et la montée en puissance d’un (...)
De nombreux défis menacent l’avenir de la sécurité alimentaire mondiale
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
L’objectif visant à éradiquer la faim d’ici à 2030 ne pourra être atteint sans de nouveaux efforts 22 février 2017, Rome - Les pressions sur les (...)
Etude sur les circuits courts : Pistes pour améliorer leur durabilité.
par Anne Thibaut - 10 octobre 2016
Oui, on peut le dire les circuits courts font l’unanimité. Le « consommons local, wallon, patriote, » est sur toutes les lèvres de nos dirigeants (...)
L’Anses passe au crible l’alimentation des enfants de moins de trois ans
par Fil d’infos et actualité - 29 septembre 2016
L’Agence publie ce jour la première photographie des expositions alimentaires à un très grand nombre de substances des enfants de moins de trois ans. (...)
Tourisme durable : une offre alimentaire locale et de qualité dans les restaurants et les hébergements ?
- 25 septembre 2016
On apprenait ce printemps que le maire de la ville de Florence, Dario Nardella, avait décidé d’imposer 70% de produits locaux (toscans) dans les (...)
Lutter contre l’obésité exige de s’attaquer à l’industrie agro-alimentaire
par Alain Geerts - 23 mai 2016
Ce 23 mai est la journée européenne de lutte contre l’obésité. Localement, c’est à dire en Wallonie, elle touche 16% de la population. L’obésité et le (...)
L’Exposition universelle de Milan ébranlera-t-elle la domination du low-cost alimentaire ?
par Alain Geerts - 1er mai 2015
Ce premier mai s’ouvre, à Milan, l’Exposition universelle dont le thème est Nourrir la Planète, Energie pour la vie. La Belgique y gère un pavillon (...)
19 OGM autorisés : la Commission donne des gages à l’industrie
par Fil d’infos et actualité - 28 avril 2015
Le 24 avril 2015, la Commission européenne a autorisé l’importation de 19 plantes génétiquement modifiées (PGM). Cette décision a été prise suite à (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP