Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre environnement - Agents chimiques - Agir
Bisphenol A : large toxicité confirmée. Conseils de protection.
par Valérie Xhonneux - 16 juin 2009
L’usage du plastique est à ce point inscrit dans notre mode de vie moderne que d’aucun n’imagine pas qu’on puisse s’en passer. Mais, de plus en plus d’études font le lien direct entre le Bisphénol A (BPA) - un des principaux composants du plastique incassable transparent – et un nombre impressionnant de maladies. Le BPA agirait comme un perturbateur endocrinien et serait impliqué dans des affections aussi variées que les problèmes de reproduction, l’obésité, les cancers du sein et de la prostate, le diabète, les dysfonctionnements thyroïdiens et les problèmes d’attention chez les enfants.

Friends of the Earth Europe et l’Alliance pour la Santé et l’Environnement (HEAL) proposent un dossier sur les risques du Bisphénol A pour notre santé. Extraits choisis...

Ou trouve-t-on le BPA ?

La plupart des plastiques transparents et incassables utilisés dans les biberons, les récipients à usage alimentaires, le petit-électroménager de cuisine, les bouteilles d’eau en plastique rigide sont faits de plastique qui contient du BPA. Le BPA est aussi utilisé pour les boites de conserve et les canettes de boisson.

Le Bisphénol A est un des entrants chimiques les plus utilisés par l’industrie à travers le monde : ingrédient clé de la production de matériaux en plastique qui les rend incassables et résistants aux températures entre 40 et 145 °C, il est également résistant à une série d’acides et d’huiles. C’est également un ingrédient des résines en époxy, une catégorie de produits à la fois dure et résistante à beaucoup de substances chimiques et qui adhère très bien à de nombreuses surfaces.

Des publications en grand nombre présentent les résultats d’analyses de migration du bisphénol A du plastique vers les liquides contenus. L’imprégnation de BPA à partir de plastiques ou de revêtements à base de résine époxy dépend du type d’aliment/de boisson, de la température et de la durée de chauffe. Ainsi, le dégagement du biberon vers le lait augmente avec la température du liquide, la durée du contact avec le biberon et après plusieurs utilisations

Bisphénol A et Santé

Le système endocrinien du corps humain est un réseau complexe de glandes, hormones et de récepteurs qui régule soigneusement les différentes fonctions du corps, incluant notre métabolisme, notre système immunitaire, notre comportement, notre croissance et notre développement depuis l’enfance.

Sous certaines conditions, de petites quantités de substances chimiques agissant comme des messages au sein du système endocrinien peuvent perturber tout le système. On dit alors que ces substances chimiques agissent comme des perturbateurs endocriniens. Cela peut être le cas durant la grossesse, la petite enfance et toutes les phases clés du développement du système reproducteur. Ainsi, alors qu’à un certain niveau de concentration, les substances qui agissent comme des perturbateurs endocriniens ne causent pas de dommage chez les adultes, au même niveau de concentration, ces substances peuvent induire chez les jeunes enfants des effets irrémédiables sur le fonctionnement de leurs organes 

La capacité du BPA d’imiter ou d’affecter les oestrogènes (hormone féminine clé) est bien documenté mais le BPA a également un grand nombre d’autres impacts directs : effets sur la régulation du système androgène (qui régule la croissance, le développement et le fonctionnement du système reproductif masculin), perturbation du fonctionnement hormonal de la thyroïde, diverses influences sur le développement et le fonctionnement du système nerveux central et potentiellement négatives sur le système immunitaire.

Que pouvez-vous faire pour réduire l’exposition au BPA ?

- Stocker la nourriture dans le verre, la céramique ou dans des contenants à base d’acier inoxydable.
- Acheter des produits locaux frais, essayer d’éviter les fruits et légumes qui poussent sous serre.

Si vous avez besoin d’utiliser du plastique en contact avec les aliments, choisissez les options les plus sûres quand c’est possible : les plastiques qui conviennent sont ceux indiqués avec les codes de recyclage suivants :
- N° 1 PolyEthylène Téréphthalate ou PETE
- N° 2 Polyéthylène de haute densité ou HDPE
- N° 4 Polyéthylène de basse densité ou LDPE
- N° 5 Polypropylène ou PP

Eviter de chauffer les plastiques quel que soit leur code de recyclage. Si vous avez besoin de stocker des aliments chauds dans des emballages en plastique, attendez jusqu’à ce que la nourriture ait refroidi pour effectuer le transfert. Pour protéger bébé, privilégiez autant et aussi longtemps que possible l’allaitement. Le lait maternel est l’aliment optimal pour votre enfant. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande l’allaitement exclusivement les 6 premiers mois, à poursuivre jusqu’à 2 ans. Si vous avez besoin de recourir au lait de substitution, choisissez le lait en poudre (les formules liquides contenant des niveaux de BPA plus élevés) utilisez les biberons en verre ou en plastique sans BPA

Beaucoup de produits en plastique ne sont pas étiquetés et le seul moyen de savoir de quoi ils sont faits est de contacter le fabricant. Nous vous encourageons à le faire en exprimant vos inquiétudes. Vous pouvez demander à votre détaillant d’arrêter d’utiliser et de vendre des plastiques alimentaires à base de polycarbonate et contacter les fabricants pour leur demander si le BPA fait partie des matières premières des emballages en contact avec les aliments (lire aussi l’article : Reach : usez ( et abusez) de votre droit de savoir)

En absence d’information, évitez d’utiliser les plastiques autant que possible, l’’alternative la plus sûre étant le verre ou l’acier inoxydable.

Plus d’informations dans le dossier complet (en anglais)

Voir aussi :
Pollution de l’air : au-delà de la météo, agir enfin sur les causes !
par Céline Tellier - 8 décembre 2016
La Belgique subit depuis ce mardi un pic de pollution sur l’ensemble de son territoire. Inter-Environnement Wallonie tient à rappeler qu’au-delà (...)
Duel de réputation : Bayer / Monsanto
par Alain Geerts - 6 octobre 2016
« La fusion entre la firme allemande Bayer, celle qui a inventé l’aspirine, et l’américain Monsanto étonne. Si Bayer a bonne réputation, celle de (...)
Soirées : « Agir pour la santé dans l’environnement »
par Valérie Xhonneux - 4 octobre 2016
Notre santé et celle de l’environnement sont intimement liées. Nos conditions et modes de vie ont un impact sur notre environnement (pollution de (...)
Participez d’ici le 28 juillet à l’enquête publique sur les perturbateurs endocriniens
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2016
Le 15 juin, la Commission Européenne a présenté sa proposition de critères d’identification des perturbateurs endocriniens. Adoptés tels quels, ils ne (...)
Glyphosate : le principe de précaution jeté aux orties
par Valérie Xhonneux - 1er juillet 2016
La Commission a annoncé ce 28 juin qu’elle prolongeait pour 18 mois l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. Si la déception est de mise (...)
Le Ministre Borsus entendra-t-il ses parlementaires : la Belgique ne doit plus autoriser le glyphosate !
par Valérie Xhonneux - 27 juin 2016
Depuis plusieurs mois, la saga autour du glyphosate fait rage, et nous avons pu observer les passes d’armes entre les autorités européenne, fédérale (...)
Perturbateurs endocriniens : les ministres DOIVENT, ce vendredi, obliger la Commission à se conformer à la décision de la Cour de Justice !
par Valérie Xhonneux - 4 mars 2016
Ce vendredi 4 mars a lieu le Conseil des ministres de l’environnement européen. Son agenda prévoit un point de discussion sur les critères (...)
Bisphénol A : Liberté pour l’entreprise, Egalité pour les seuls Français !
par Valérie Xhonneux - 1er octobre 2015
L’interdiction française d’utilisation du BPA dans les contenants alimentaires n’a pas ravi l’industrie, on s’en doute. Mais les tentatives des lobbys (...)
La nourriture des rats de laboratoire fausse les études de santé publique
par Fil d’infos et actualité - 19 juin 2015
Selon une étude réalisée par l’équipe du chercheur Gilles-Eric Séralini, la nourriture des rats de laboratoire serait contaminée aux OGM, pesticides et (...)
Transparence, protection des consommateurs et viabilité de l’industrie : un cocktail toxique ?
par Valérie Xhonneux - 9 juin 2015
A force de vouloir satisfaire tout le monde dans le dossier des perturbateurs endocriniens, la Commission Européenne s’empêtre dans des discussions (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP