Notre environnement - Agents chimiques - Comprendre
Bisphénol A : L’EFSA persiste et signe son discrédit !
par Alain Geerts - 4 décembre 2011

L’ANSES avait accompli son aggiornamento en reconnaissant les effets des faibles doses de BPA dans son rapport du 27 septembre [1], une vraie révolution dans le monde de l’évaluation des risques qui avait reçu une attention planétaire. La confrontation avec l’Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) était très attendue. Dans son communiqué et les rapports publiés hier sur son site, celle-ci continue de nier la réalité écrasante des données scientifiques, émanant pourtant de plus de 600 études.

La veille scientifique menée par le RES depuis Mai 2009 met en évidence que sur 193 études publiées, 96% montrent des effets. Une bonne partie des études expérimentales chez l’animal (31 sur 118) surviennent à des doses inférieures à la DJA de 50 microgrammes /kilo/jour défendue par l’EFSA. Les études chez l’homme sont au nombre de 69 dont 67 sont positives. Le nombre continue d’augmenter rapidement. Rien que sur la période octobre-novembre 2011, 4 études épidémiologiques ont été publiées sur des pathologies majeures qui avaient été par ailleurs mises en évidence chez l’animal depuis plusieurs années :

Obésité-diabète. Une étude chinoise montre un taux d’obésité et de diabète lié au degré d’imprégnation en BPA. Une étude américaine retrouve cet effet, bien que de façon moins nette cependant.

Troubles du comportement. Une étude américaine montre que l’exposition maternelle pendant la grossesse se traduit par des comportements agressifs chez les filles de 3 ans.

Reproduction. Une étude chinoise en milieu professionnel montre que plus les mères sont imprégnées en BPA, plus on constate une féminisation des jeunes garçons, mesurée à la naissance par la réduction de la distance ano-génitale.

« Il est parfaitement absurde de voir l’EFSA avancer comme argument que l’on ne peut tenir compte des études épidémiologiques pour fixer des DJA. C’est évidemment l’inverse qui est vrai : ces études épidémiologiques montrent que l’on observe des effets sur la santé, au niveau d’imprégnation de la population humaine en général ce qui est la preuve que l’actuelle DJA ne protège pas la population » commente André Cicolella, président du Réseau Environnement Santé.

Ces études confirment le changement de paradigme des perturbateurs endocriniens, à savoir que c’est « la période qui fait le poison » alors que l’EFSA s’accroche à l’ancien modèle selon lequel « c’est la dose qui fait le poison » . « L’ANSES a fait le choix de la toxicologie du 21 ème siècle, alors que l’EFSA en reste à la toxicologie des années 60 » résume André Cicolella. « En niant la réalité des données scientifiques, pour ne retenir que 2 études publiées par l’industrie chimique selon un protocole obsolète, l’EFSA se comporte comme une officine de l’industrie. 11 membres sur 20 du comité qui a statué sur le BPA sont en situation de conflits d’intérêts. »

Le RES appelle la Commission Européenne et le Parlement européen à intervenir d’urgence pour que l’EFSA retrouve un mode de fonctionnement en mesure de garantir la protection de la santé des Européens. «  La position de l’EFSA s’inscrit également en négation des principes entérinés par l’article 57 de REACH de primauté de l’évitement du danger à la source pour la gestion du risque chimique : les perturbateurs endocriniens relèvent d’ores et déjà du principe de substitution et les ONG européennes continueront d’œuvrer à une clarification et un renforcement de ces dispositions » conclut Yannick Vicaire, en charge des questions européennes pour le RES.

Source : Réseau Environnement Santé

notes :

[1] « Effets sanitaires du Bisphénol A » – Rapport d’expertise collective – Septembre 2011 ANSES

Voir aussi :
Le prix à payer...
par Valérie Xhonneux - 18 juillet 2014
L’agence européenne des produits chimiques (ECHA) vient de mettre en ligne une video qui incite les consommateurs à ne pas “Payer pour des produits (...)
Les pesticides systémiques menacent gravement l’agriculture et la nature
par Fil d’infos et actualité - 30 juin 2014
Depuis plusieurs années, nous n’avons de cesse d’attirer l’attention des décideurs mais aussi d’un plus large public sur le caractère hautement (...)
31 milliards d’euros par an : le coût des perturbateurs endocriniens pour les systèmes de santé européens
par Valérie Xhonneuxpar Pierre Titeux - 23 juin 2014
Un rapport publié ce mercrredi par HEAL (« Health costs in the EU : How much is related to Endocrine Disrupting Chemicals ? ») estime les coûts (...)
Perturbateurs endocriniens : la loi belge doit évoluer !
par Valérie Xhonneux - 5 juin 2014
Dans son avis n°8915, datant de juillet 2013 et publié cette semaine, le Conseil supérieur de la santé (CSS) réalise une analyse des connaissances (...)
Perturbateurs endocriniens : la Suède met sa menace à exécution
par Valérie Xhonneux - 22 mai 2014
Nous vous en parlions déjà dans cet article. Le gouvernement suédois vient d’annoncer qu’il poursuit la Commission Européen au vu de son incapacité à (...)
Pois(s)ons d’avril anti-datés…
par Valérie Xhonneux - 25 avril 2014
Il est des poissons d’avril touchants, d’autres drôles, voire complètement abracadabrants. Nous en avons repéré deux qui méritent d’être épinglés, (...)
Les 7 commandements de l’éco-orgasme !
par Fil d’infos et actualité - 8 avril 2014
Invitation à découvrir les actions originales, destinées essentiellement aux jeunes d’une association française « Générations Cobayes » qui prend à (...)
Le Bisphenol A toxique pour la reproduction
par Fil d’infos et actualité - 21 mars 2014
Le comité d’évaluation des risques (RAC) de l’ECHA (European Chemicals Agency - Agence européenne des substances chimiques) vient d’adopter un avis (...)
Perturbateurs endocriniens : la Suède va poursuivre la Commission devant la CJUE
par Fil d’infos et actualité - 4 mars 2014
Nous attirions votre attention, début de cette année, sur les tergiversations inacceptables de la Commission Européenne en matière d’avancée (...)
CHILDPROOF revendique un milieu de vie sans perturbateurs hormonaux
- 22 février 2014
Aujourd’hui, Childproof publie une prise de position pour bannir les perturbateurs hormonaux de sorte que les enfants puissent se développer dans (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP