Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Vie active - Alimentation - Comprendre
O. De Schutter : « la politique de lutte contre la faim est un échec »
par Alain Geerts - 12 mars 2014

Le Belge Olivier De Schutter termine un mandat de 6 ans comme rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation et vient de publier son rapport final sur la faim dans le monde. Pas de scoop particulier, mais bien un constat implacable que l’on espère voir enfin déboucher sur des actions concrètes : le problème de la faim n’est pas technique, mais politique. Alors qu’il est possible d’y remédier, on ne peut aujourd’hui que faire aveux d’échec car on a un système très déséquilibré en faveur des plus gros acteurs et des chaînes mondiales d’approvisionnement système dont les gouvernements ont largement perdu le contrôle… La souveraineté alimentaire reste l’objectif majeur et il il faut, pour parvenir à cet objectif, approfondir la coopération entre les États.

La faim stricto-sensu (sous-alimentation) touche encore quasi 900.000 personnes et l’obésité stricto-sensu en touche 500.000. Entre les deux, il y a 1,5 milliards de « mal nourris » du fait de déficiences en micro-nutriments (comme l’iode, le fer, les vitamines...), donc, les victimes d’une alimentation totalement déséquilibrée.
La FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime que le coût social de l’obésité et l’excès pondéral a doublé au cours des 20 dernières années. Elle insiste sur le coût économique d’une alimentation mal équilibrée qui « pourrait représenter jusqu’à 5% du PIB mondial, soit 3.500 milliards de dollars par an ou 500 dollars par personne » du fait de la perte de productivité et des dépenses de santé [1].
« Le coût de la dénutrition et des carences en micronutriments représente 2 à 3% du PIB mondial soit 1.400 à 2.100 milliards de dollars », ajoute-t-elle.

Les causes de la faim (malnutrition comprise) sont politiques

La faim est un problème politique. C’est une question de justice sociale et de politiques de redistribution. Si nous voulons en finir avec la faim dans le monde, il est urgent d’opter pour d’autres politiques agricoles et alimentaires qui mettent au centre de leur préoccupation les personnes et leurs besoins, ceux qui travaillent la terre et l’écosystème" (O. De Schutter).

La faim n’est donc pas une fatalité inévitable qui affecterait seulement certains pays. Qui contrôle les ressources naturelles (terres, eau, semences) qui permettent la production de nourriture ? A qui profitent les politiques agricoles et alimentaires ?

Conclusions du rapport final d’Olivier De Schutter

L’élimination de la faim et de la malnutrition est un objectif réalisable. Néanmoins, pour y arriver, il faut sortir du statu quo et améliorer la coordination entre les secteurs, et s’accorder sur les échéances et les niveaux de gouvernance. Donner les moyens d’agir aux communautés, au niveau local, afin qu’elles puissent recenser les obstacles qu’elles rencontrent et les solutions qui leur conviennent le mieux est une première étape. Cette action doit être complétée par des politiques nationales d’appui, qui garantissent un séquençage correct des diverses réformes politiques nécessaires, dans tous les secteurs concernés, dont l’agriculture, le développement rural, la santé, l’éducation et la protection sociale. À leur tour, les politiques locales et nationales devraient bénéficier d’un cadre international porteur, dans lequel les politiques qui influent sur la capacité des pays de garantir le droit à l’alimentation (commerce, aide alimentaire, allègement de la dette extérieure et coopération au développement) soient revues pour correspondre à l’impératif de la sécurité alimentaire et de l’alimentation adéquate. Comprise comme l’exigence du fonctionnement démocratique des systèmes alimentaires, impliquant la possibilité, pour les communautés, de choisir de quel système alimentaire elles souhaitent dépendre et comment remodeler ces systèmes, la souveraineté alimentaire est une condition de la pleine réalisation du droit à l’alimentation. Mais ? paradoxe d’un monde de plus en plus interdépendant ? il faut, pour parvenir à cet objectif, approfondir la coopération entre les États.

Téléchargez le rapport complet.

notes :

[1Le surpoids concerne 1,4 milliard de personnes de 20 ans et plus dans le monde (estimations mondiales de l’OMS). D’ici 2030, le nombre de personnes en surpoids devrait atteindre 3,3 milliards.

Le surpoids et l’obésité représentent le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial et fait au minimum 2,8 millions de victimes chaque année.

source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS) - « Obésité et surpoids » - Aide-mémoire N°311

Voir aussi :
Journée d’étude // Surplus agricoles et aide alimentaire : pistes pour renforcer les liens entre acteurs
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
En Belgique, un nombre croissant de personnes ont recours à l’aide alimentaire pour survivre. Le nombre de colis alimentaires distribués ne cesse (...)
Nouveau kit pour animer des activités sur l’alimentation durable
par Anne Thibaut - 8 juin 2017
Notre système alimentaire nous confronte aujourd’hui à de nombreuses problématiques. Il exerce des pressions importantes et souvent destructrices sur (...)
Adieu veau, vache, cochon, couvée ?
par Alain Geerts - 9 mars 2017
Comme l’évoque Florence Burgat dans son essai L’humanité carnivore, « l’industrialisation de la viande, d’une part, et la montée en puissance d’un (...)
De nombreux défis menacent l’avenir de la sécurité alimentaire mondiale
par Fil d’infos et actualité - 1er mars 2017
L’objectif visant à éradiquer la faim d’ici à 2030 ne pourra être atteint sans de nouveaux efforts 22 février 2017, Rome - Les pressions sur les (...)
Etude sur les circuits courts : Pistes pour améliorer leur durabilité.
par Anne Thibaut - 10 octobre 2016
Oui, on peut le dire les circuits courts font l’unanimité. Le « consommons local, wallon, patriote, » est sur toutes les lèvres de nos dirigeants (...)
L’Anses passe au crible l’alimentation des enfants de moins de trois ans
par Fil d’infos et actualité - 29 septembre 2016
L’Agence publie ce jour la première photographie des expositions alimentaires à un très grand nombre de substances des enfants de moins de trois ans. (...)
Tourisme durable : une offre alimentaire locale et de qualité dans les restaurants et les hébergements ?
- 25 septembre 2016
On apprenait ce printemps que le maire de la ville de Florence, Dario Nardella, avait décidé d’imposer 70% de produits locaux (toscans) dans les (...)
Lutter contre l’obésité exige de s’attaquer à l’industrie agro-alimentaire
par Alain Geerts - 23 mai 2016
Ce 23 mai est la journée européenne de lutte contre l’obésité. Localement, c’est à dire en Wallonie, elle touche 16% de la population. L’obésité et le (...)
L’Exposition universelle de Milan ébranlera-t-elle la domination du low-cost alimentaire ?
par Alain Geerts - 1er mai 2015
Ce premier mai s’ouvre, à Milan, l’Exposition universelle dont le thème est Nourrir la Planète, Energie pour la vie. La Belgique y gère un pavillon (...)
19 OGM autorisés : la Commission donne des gages à l’industrie
par Fil d’infos et actualité - 28 avril 2015
Le 24 avril 2015, la Commission européenne a autorisé l’importation de 19 plantes génétiquement modifiées (PGM). Cette décision a été prise suite à (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP