Qui sommes-nous? Suivez-nous sur Facebook
Notre santé - Cancers - Comprendre
Climat, tabac : une même stratégie de dénigrement de la science
- 4 mars 2010

Dans une tribune publiée ce lundi 1er mars par le quotidien économique français « Les Echos », Jeffrey D. Sachs, professeur d’économie et directeur de l’Institut de la Terre à la Columbia Univerisity met en parallèle la campagne actuelle des climato-sceptiques et celle menée hier par des lobbyistes du tabac. Dans les deux cas, un même objectif : semer le doute sur la valeur des arguments scientifiques avancés par ceux qu’ils combattent.

Voici le texte du Pr. Sachs publié dans « Les Echos ».

Depuis, et avant même, la conférence de décembre à Copenhague sur le changement climatique, les critiques se sont multipliées contre la communauté scientifique. Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) a été accusé d’avoir fait preuve de partialité. Ce qui a suscité une certaine émotion dans l’opinion publique. S’il n’y a pas d’accord sur l’existence d’une crise climatique, pourquoi alors dépenser des milliards pour sauver la planète ?

Ces critiques existent pourtant depuis longtemps. La tactique, qui a été affinée pendant plus de vingt-cinq ans, consiste à faire croire que d’importants désaccords existent afin d’empêcher toute action contre le réchauffement climatique. Le tout financé par des groupes d’intérêt comme Exxon.
Un ouvrage à paraître prochainement, « Merchants of Doubt » (les marchands du doute), de Naomi Oreskes et Erik Conway, s’intéresse aux petits jeux des « climato-sceptiques ». Selon les auteurs, le même groupe d’agitateurs a constamment essayé de discréditer les travaux sur le réchauffement climatique.

Ceux qui aujourd’hui plaident pour l’inaction face au réchauffement climatique sont en général soutenus par les mêmes groupes de pression, les mêmes organisations qui hier défendaient les fabricants de tabac en discréditant le travail scientifique établissant un lien entre cigarette et cancer. Ensuite, les mêmes s’attaquèrent à ceux qui, scientifiquement, démontraient que les rejets des centrales à charbon étaient à l’origine des « pluies acides ». Ce qui est incroyable : c’est que, même sans fondement, ces critiques continuent de semer le doute. La vérité c’est qu’il y a beaucoup d’argent derrière les détracteurs du changement climatique, que ce soit des entreprises qui ne veulent pas payer le coût de nouvelles réglementations, que ce soit des idéologues de l’économie de marché qui s’opposent à toute forme de contrôle de l’Etat.

La dernière salve s’articule autour de deux épisodes. Le premier est le piratage du système informatique d’un centre de recherche en Angleterre. Les courriels détournés suggèrent un manque de bonne foi dans la présentation de certaines données climatiques. Quels que soient les détails de ce cas particulier, les études en question ne représentent qu’une infime partie de l’ensemble imposant de preuves prouvant la réalité et l’urgence du changement climatique dû à l’activité humaine.

Le second épisode fut une grossière erreur à propos des glaciers apparue dans une étude du Giec. Il faut savoir que le Giec peut, parfois, se tromper. Mais il s’agit plus de la preuve de l’imperfection de la nature humaine que de défauts fondamentaux dans la recherche. A la suite de ces révélations, une violente campagne a été lancée dans le « Wall Street Journal ». Ces critiques prétendent que les scientifiques fabriquent des preuves pour obtenir des fonds publics pour la recherche. Une accusation sans fondement, avais-je d’abord pensé, car ces chercheurs ont voué leur vie à la quête de la vérité et n’ont certainement pas amassé des richesses comme celles des financiers.
Mais l’un de leurs arguments - sur la conspiration visant à se rallier le monde des affaires - est identique à celui mis en avant par le passé pour le tabagisme, actif et passif, le trou dans la couche d’ozone, les pluies acides...
L’objectif de ces idéologues, de ces « think tanks » conservateurs est le même : discréditer la recherche scientifique.

La science du changement climatique est pourtant une merveilleuse aventure intellectuelle. Le message est clair : une utilisation extensive du pétrole, du charbon et du gaz est une menace pour la planète. En conséquence, nous devons changer nos modes de consommation d’énergie et nos systèmes industriels pour réduire le dangereux impact de l’activité humaine sur le climat. Il est de notre responsabilité d’écouter et de comprendre ce message, du Giec et des climatologues, pour agir.

Voir aussi :
Cancer et environnement, mieux cerner les enjeux
par Valérie Xhonneux - 14 février 2014
La France vient de découvrir les grandes lignes de son plan Cancer 2014-2018 dont un des éléments marquant est le peu de références aux facteurs (...)
Ne laissez aucune chance au cancer du sein ! A Namur, le 5 mai : Race for the Cure
par Valérie Xhonneux - 29 avril 2013
Organisée par Think Pink, une association internationale qui se concentre sur le traitement et la guérison des cancers du sein, la « Race for the (...)
Cancer du sein : guérir c’est bien, protéger c’est mieux (un message porté à la force des mollets !)
par Valérie Xhonneux - 23 mai 2011
La Fédération Inter-Environnement Wallonie a participé ce dimanche 22 mai à la « Race for the cure » organisée à Namur par l’association Think Pink. (...)
De l’importance de la prévention primaire des cancers
par Valérie Xhonneux - 24 mars 2011
L’académie de médecine française vient de se pencher sur la question du coût des molécules anti-cancer. Les conclusions du groupe de travail « (...)
Un partenariat européen pour « tackler » le cancer
par Valérie Xhonneux - 14 mai 2010
Une personne sur trois vivant au sein de l’Union Européenne souffrira d’un cancer au cours de sa vie. Si les modes de vie jouent un rôle fondamental (...)
Cancers : 20 ans de suivi à Seveso
par Valérie Xhonneux - 27 avril 2010
Si le caractère cancérigène de la 2,3,7,8 tetrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD) est reconnu par le centre international de recherche sur le cancer (...)
Le nombre de décès par cancer en Europe en baisse
par Anne Thibaut - 12 janvier 2010
Selon une étude européenne récente la mortalité due aux cancers est en diminution en Europe. Les raisons : recul du tabagisme, dépistage et (...)
Cancers : la Commission Européenne reconnait enfin le rôle des facteurs environnementaux
par Valérie Xhonneux - 6 août 2009
Ce 24 juin, la Commission européenne a publié sa communication pour une action contre le cancer. Elle souligne la nécessité de tenir compte des (...)
Cancer et environnement : l’Afsset préconise (enfin !) le principe de précaution
par Valérie Xhonneux - 10 juillet 2009
Le 2 juillet, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) a rendu un avis où elle réévalue clairement le lien (...)
Taux de guérison du cancer en hausse en Europe, selon une étude
par Anne Thibaut - 10 avril 2009
D’après une étude paneuropéenne publiée dans un numéro spécial du European Journal of Cancer, de plus en plus d’Européens guérissent du cancer et (...)
 
fontsizeup fontsizedown
Participez au portail !
Actions
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP